x

Pour rappel, ce cycle n’est accessible qu’aux étudiants de l’Université permanente. Les inscriptions sont closes.

Pour l’année 2019-2020, les Têtes Renversantes reconduisent leur partenariat avec l’Université permanente de Nantes.

Le principe est simple : des mini-conférences d’histoire de l’art (30 min) accompagnées d’un délicieux café gourmand soit le matin, soit l’après-midi.

Le mardi 15 octobre 2019 à 10h à La Passagère (passage Pommeray)

Maman, est-ce que je suis jolie ? Les canons de beauté dans l’art – par Julie Legrand

La définition de la beauté (et donc de la laideur) est omniprésente dans l’histoire de l’art. Elle se pose à chaque époque, selon des repères esthétiques qui lui sont propres. Ces critères subjectifs dépendent aussi des pays, des sociétés et codes culturels en cours. Depuis l’invention des canons de beauté idéale durant l’Antiquité, balayons des histoires de modes, de corps, de proportions et de formes, où chaque femme se reconnaîtra ou s’identifiera. Sans oublier la gente masculine !

Le mardi 19 novembre 2019 à 16h à la Conciergerie du Parc (mail des Chantiers)

Jupons et pinceaux, les femmes artistes au XIXe siècle – par Elodie Evezard

Au XIXe siècle, malgré une place encore balbutiante dans les institutions académiques, les femmes vont être de plus en plus nombreuses à exposer grâce à des circuits alternatifs. Ainsi, les relations de Marie-Guillemine Benoist lui permettent d’exposer au Salon, l’excentricité de Rosa Bonheur lui assure une gloire internationale et Berthe Morisot et Mary Cassatt participent à la révolution impressionniste. De quoi varier les expériences de vie!

Le mardi 10 décembre 2019 à 16h à l’Hôtel de France (rue Crébillon)

Ingres et les femmes photoshopées – par Elodie Evezard

Que s’est-il passé avec le corps de la belle Odalisque ? Avait-elle un problème de dos, une malformation de naissance ?
Dans plusieurs tableaux, Ingres joue avec l’anatomie de ces modèles pour servir l’harmonie de sa composition et rendre certaines femmes plus sensuelles. Il n’hésite pas à modifier la structure du corps quitte à déformer la réalité. Ingres n’a pas attendu les couvertures de magazines pour « photoshoper » le physique des femmes et jouer avec quelques canons de beauté.

Le mardi 14 janvier 2020 à 16h à l’Hôtel Okko (rue de Strasbourg)

Les femmes de… – par Elodie Evezard

Camille Claudel et Auguste Rodin, Sonia et Robert Delaunay, Frida Kahlo et Diego Rivera… autant de noms qui résonnent souvent à deux! Et si on arrêtait de regarder le travail de ces femmes à travers celui de leurs illustres compagnons. Après tout, n’est-il pas plus juste de parler de collaboration, d’inspiration mutuelle et surtout de propositions artistiques individuelles ?

Le mardi 11 février 2020 à 16h à la Galerie Quartus (boulevard de la Prairie au duc)

Filles au miroir, les femmes et l’autoportrait – par Diane Gouard

Artistes, demoiselles de bonnes familles, élèves studieuses, intellectuelles à la mode, femmes fatales, jolies épouses, garçons manqués, personnalités hautaines… les femmes artistes se dévoilent plus ou moins dans leurs autoportraits. En jouant avec leur image, elles parlent aussi de la société de leur temps, de leurs engagements, défient les normes ou s’y plient pour pouvoir vivre la vie d’artiste. Quelques exemples, de la Renaissance à nos jours, pour explorer la variété de l’autoportrait féminin.

Tarif :

Inscription pour le cycle entier uniquement, 70€ (gourmandises comprises).

Modalités d’inscription :

Les inscriptions sont closes pour l’année 2019-2020